Les rayons cosmiques balayent la Terre en permanence. Ceux de basse énergie, très nombreux, proviennent pour la plupart du Soleil. Ceux de hautes énergies et même de très hautes énergies, beaucoup plus rares, sont des messagers de l’univers dont les scientifiques peinent encore à retracer les origines. Répondre à cette question sur l’origine de ces particules d’énergies extrêmes serait résoudre une énigme primordiale sur la nature des phénomènes ultra-violents qui se déroulent dans notre univers. Dans la province de Mendoza, l’observatoire Pierre Auger est le temple de la détection des rayons cosmiques de haute énergie. Sur un vaste territoire de trois mille kilomètres carrés, il met en œuvre des instruments variés comprenant initialement mille six cents détecteurs de particules, espacés régulièrement, ainsi que quatre stations de télescopes de très haute sensibilité. Une des pistes en expérimentation pour améliorer la détection des gerbes cosmiques sur une grande échelle serait de développer des antennes pour capter les ondes électromagnétiques formées par les électrons de la gerbe. Les nouvelles antennes, si les résultats se confirment, pourraient être installées en Argentine pour compléter le dispositif et ainsi contribuer à lever le mystère des rayons cosmiques d’ultra-hautes énergies.

En cours de chargement ...